Connexion

Tribune

Steven Pasquier

Steven Pasquier

Consultant en stratégie PME

J'aide les petites et moyennes entreprises à définir leur stratégie, dans le cadre de la mise en place de leur internationalisation notamment. Expertise PME agricoles. 

Voir la bio en entier »

Mes
catégories

Mieux comprendre les PME, pour mieux les accompagner

Noter
0

Les PME ont la cote dans le cœur des Français. C’est en tout cas ce qui ressort clairement d’un sondage publié ce jeudi 2 juillet par Opinion Way pour Entrepreneur Venture. Une étude qui, en plus de flatter l’égo de ces structures, a pour mérite d’aider à mieux les connaître, donc à mieux les accompagner.

Les PME ont la cote…

9 Français sur 10 ont une bonne opinion des PME, et ce pour diverses raisons, tenant notamment à leur dynamisme, leur caractère innovant et leur capacité à créer de l’emploi. Les Français ne s’y trompent d’ailleurs pas, puisqu’ils sont 60 % à considérer que les PME sont les entreprises participant le plus à la reprise économique (contre 18 % pour les TPE et 19 % pour les grandes entreprises).

Des résultats édifiants, témoins d’un attachement accru des Français pour ces structures, comme l’indique Frédéric Zablocki, directeur général d’Entrepreneur Venture : "Nous étions confiants mais nous avons été agréablement surpris par l’ampleur des résultats. En France, on commence enfin à vraiment  parler des PME, à s’y intéresser, et à se rendre compte de leur importance pour l’économie. Cela se ressent dans cette étude".

Preuve que les PME tiennent à cœur les Français, ils sont 37 % à souhaiter que leurs enfants travaillent de préférence dans des structures de cette taille, ce qui les positionne loin devant les grandes entreprises (18 %), pourtant gage de stabilité et de sécurité de l’emploi, les TPE (11 %), perçues comme fragiles et la fonction publique (19 %).

Représentant actuellement plus de 48 % de l’emploi salarié en France, les PME peuvent également se prévaloir de posséder une image plus humaine que les grandes structures. Elles offrent, selon les Français, un cadre de travail propice à l’épanouissement de chacun. "Dans les grandes entreprises, le travail individuel, au sein du groupe, n’est pas toujours assez valorisé. Dans une PME, le dialogue social est plus ouvert, l’humain mis en avant. Cela peut expliquer pourquoi les petites entreprises attirent autant aujourd’hui", explique ainsi Frédéric Zablocki.

… mais ne bénéficient pas de l’aide qu’elles méritent

Avoir le soutien d’une majorité est une chose, reste à avoir celui du gouvernement. Un soutien encore trop peu marqué, selon une majorité de Français, qui sont 70 % à estimer que la politique menée par l’Etat ne favorise pas assez le développement des PME. Ils sont même 18 % à considérer que cette politique n’encourage "pas du tout" l’essor des petites et moyennes entreprises.

 

L’étude conduite pour Entrepreneur Venture a donc pour double intérêt de souligner l’importance des PME dans le paysage économique français, et plus particulièrement dans son tissu entrepreneurial, mais aussi de pointer du doigt la relative méconnaissance de nos élus des enjeux qui animent ces structures, de leurs envies et de leurs besoins. Il y aurait pourtant beaucoup à faire dans le sens de l’écoute, afin de contribuer à l’inflexion de la courbe du chômage, et éviter que les forces vives de notre pays de prennent la poudre d’escampette, direction des cieux plus cléments. 480 PME tricolores, à l’instar de Michel et Augustin, tentent ainsi actuellement l’aventure américaine. Une aubaine pour elles, peut-être pas pour la France, si elles se rendent compte que le matraquage fiscal et autres difficultés qu’elles rencontrent ici n’ont pas cours là-bas, et décident de s’y implanter pour de bon, quitte à se déraciner de l’Hexagone. 

Noter
0