Connexion

MEDIAS

Affaire Roland Dumas: le CSA tape fort

L’ancien ministre des Affaires étrangères avait estimé sur BFMTV et RMC que Manuel Valls était probablement sous "influence juive". Ses propos avaient suscité une vive polémique.

C’est la question posée par le journaliste qui pose problème : "Il est sous influence juive ?". (Capture d'écran BFMTV)
 

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel tape fort et prononce la mise en demeure à l’égard de BFMTV et RMC. En février, le journaliste de l’émission "Bourdin Direct", Jean-Jacques Bourdin, recevait Roland Dumas. L’interview avait suscité une très vive polémique. L’ancien ministre des Affaires étrangères avait déclaré que Manuel Valls était "sous influence juive".

Le CSA estime dans un communiqué que Jean-Jacques Bourdin est en partie responsable d’un tel dérapage. C’est la question posée par le journaliste qui pose problème : "Il est sous influence juive ?". Pour le CSA, "la réponse qu’une telle question tendait à provoquer, dans le contexte de cet échange, et la formulation même de cette question, relative au Premier ministre, étaient de nature à banaliser et à propager des comportements discriminatoires contraires aux principes dont la garantie lui est confiée".

A RETROUVER AUSSI >>Valls sous "influence juive" : tollé après le dérapage de Roland Dumas

"Alliances personnelles"

A cette question, Roland Dumas avait répondu "probablement", évoquant les "alliances personnelles" de Manuel Valls, et sans la nommer, l’épouse du Premier ministre, Anne Gravoin. Ces propos avaient provoqué un tollé politico-médiatique.

Le CSA avait aussitôt annoncé  l’instruction d’un dossier, instruction demandée par le conseil national de l’UMP, David Xavier Weiss. Selon lui, l’animateur avait incité aux propos antisémites de Roland Dumas, ce qui représentait un "manquement grave à ses obligations".

Jean-Jacques Bourdin avait réagi sur les réseaux sociaux en défendant la vision de son métier : une "recherche de la vérité contre toutes les langues de bois".

Noter
0