Connexion

UN PEU D'HISTOIRE

Arabes, Vikings, Espagnols… Qui a découvert l’Amérique ?

Entretien avec André Kaspi, historien français spécialiste de l’histoire des États-Unis.

Lors d'un discours télévisé, le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que l'Amérique n'avait pas été découverte par Christophe Colomb en 1492, mais par des marins musulmans dès le XIIe siècle.

Réplique de la Santa-María, un des trois navires ayant permis à Christophe Colomb de traverser l'océan Atlantique - shutterstock.com

"Des marins musulmans sont arrivés en Amérique dès 1178. Colomb mentionne l'existence d'une mosquée sur une colline le long de la côte cubaine", a expliqué le président turc Recep Tayyip Erdogan. Qu’en est-il exactement ?

JOL Press : Selon les historiens, quel peuple a été le premier à fouler le sol américain ?
 

André Kaspi : Si on en croit les historiens et les archéologues, il est vraisemblable que les premiers explorateurs à avoir foulé le sol américain soient des Vikings, autour du Xe siècle, mais je n’ai jamais entendu dire que des musulmans aient pu découvrir l’Amérique. D’ailleurs, si les Vikings ont mis pied à terre en Amérique, ce n’est pas pour y rester. Ils faisaient de grands voyages dans l’océan atlantique et il est possible – mais pas complètement certain – qu’ils aient touché le sol américain.

Par ailleurs, il y a eu l’arrivée des Indiens qui viendraient de Sibérie, auraient traversé le détroit de Béring et se seraient répandus sur le continent américain. Et puis il y a eu les Européens qui ont atteint les côtes américaines à la fin du XVe siècle avec Christophe Colomb. Voilà ce que l’on peut dire sur l’histoire des explorations sur le continent américain.  

JOL Press : Sur quels éléments les historiens se basent-ils ?
 

André Kaspi : Des traces archéologiques ont survécu et c’est ce qui permet d’établir ces hypothèses. Si les Vikings et les Indiens n’ont laissé aucun écrit, en revanche, les Européens, quand ils ont mis le pied sur le continent américain, ont laissé des récits de voyage.

JOL Press : Au XIIe siècle, les Arabes étaient-ils de bons marins ?
 

André Kaspi : Oui, incontestablement. Les Arabes étaient d’excellents marins. Nous savons, par exemple, qu’il y a eu des navigations arabes sur les côtes africaines, sans parler, bien sûr de la Méditerranée. Quant à savoir si des Arabes ou des musulmans ont traversé l’Atlantique, je dois dire que jusqu’à maintenant on n’en a pas trouvé trace. Ce sera peut-être le cas un jour mais pour le moment c’est une hypothèse qui n’est pas étayée par des confirmations archéologiques.

JOL Press : Au XIIe siècle, jusqu’où sont allés les Arabes, selon les historiens ?
 

André Kaspi : Les Arabes sont allés très loin : côté ouest, jusqu’à l’Afrique, et côté est, en direction du Pacifique et de l’Extrême-Orient. Il y a une expansion arabe par l’intermédiaire du commerce, par l’intermédiaire de la navigation qui a touché à la fois le continent africain, le continent asiatique et le continent européen, puisque les Arabes sont présents en Espagne jusqu’à la fin du XVe siècle.

JOL Press : Pourquoi l’Histoire n’a-t-elle retenu que le nom de Christophe Colomb ?
 

André Kaspi : Christophe Colomb a laissé des témoignages écrits et il y a eu une suite aux découvertes de Christophe Colomb. Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique du nord mais l’Amérique centrale. A la fin du XVe siècle, cette découverte a fait l’objet de récits suivis d’une véritable colonisation. Avant Christophe Colomb, il ne s’agissait que d’explorations, après l’Histoire du continent a pris un nouveau tournant.

Propos recueillis par Marine Tertrais pour JOL Press

André Kaspi est professeur émérite d’histoire nord-américaine à la Sorbonne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur les États-Unis. 

Noter
0