Connexion

États-Unis

GlobalPost, le journalisme à l’ère numérique

GlobalPost invente le journalisme qui se gère comme une entreprise et qui entend incarner le futur de l’information. Rebelle de l’actualité ou média plus traditionnel qu’il n’y paraît ?

Une agence de presse internationale

Lancé dans sa version complète en janvier 2009, GlobalPost se veut une agence de presse internationale dont la mission principale, selon les propos de son créateur, Philip Balboni est de "redéfinir l’information internationale à l’ère numérique". GlobalPost travaille depuis Boston, avec 130 correspondants de par le monde, notamment des journalistes qui travaillaient auparavant pour The Washington Post ou Time Magazine.

Une entreprise lucrative

Si GlobalPost tire principalement ses revenus de la publicité comme la grande majorité des pure players, il n’en reste pas moins que Philip Balboni a voulu développer son site journalistique comme une véritable entreprise, et une entreprise lucrative, bien sûr. Pour ce faire, GlobalPost propose, en plus de ses contenus accessibles gratuitement, une formule d’abonnementintitulée Passport, qui autorise certains internautes, moyennant 199 dollars d’abonnement par an, d’accéder à des contenus inédits. Il s’agit souvent d’articles, de blogs, de reportages rédigés par certains correspondants qui touchent alors près de 1 000 dollars de plus s’ils publient quatre articles par mois pour Passport. En somme, une entreprise où tout le monde se retrouve gagnant.

Un média collaboratif

Outre la publicité et la base Passport, GlobalPost tire ses profits d’un troisième poste de revenus, les collaborations avec d’autres médias. Ainsi, GlobalPost est-il le partenaire exclusif de Jol-Press pour la zone francophone GlobalPost constitue alors une sorte de base d’articles à disposition de Jol-Press qui adapte certains des contenus du pure player bostonien. Il en va de même avec CBS : la chaîne de télévision américaine fait appel aux correspondants de GlobalPost, comme soutiens supplémentaires, en cas d’informations retentissantes de dernière minute (breaking news en anglais). 

Philip Balboni, journalisme et capitalisme

Philip Balboni n’a jamais caché son ambition de produire un journalisme à forte valeur capitalistique ajoutée : pour lui, information et profits vont de pair. Il se définit lui-même comme un "journaliste entrepreneur", et cette entreprise lucrative représente, dans sa conception, le futur de l’information. Son approche a beau sembler paradoxale, un journalisme qui dégage des profits donne à cette nouvelle organisation son auto-suffisance, une façon de ne pas dépendre d’investisseurs privés par exemple, et de garantir ainsi une indépendance de l’information. Et la formule cartonne puisque deux mois après son lancement, GlobalPost recevait 250 000 visiteurs uniques sur sa page, contre les 90 000 attendus initialement par son créateur.

 

En bref

Pays : États-Unis

Genre : pure player d’information

Propriétaire : Global News Enterprises, Philip Balboni

Site web : www.globalpost.com

Noter
4