Connexion

Tribune

Jean-Michel Arnaud

Jean-Michel Arnaud

Président du groupe Domaines Publics - Directeur des Publications de l'Abécédaire des Institutions

Docteur en gestion, titulaire d’un MBA de l’Université d’Ottawa et diplômé de l’ESLSCA, Jean-Michel débute sa carrière à la DREE dans l’expansion économique puis par la création d’entreprises d’import-export de biens industriels aux Etats-Unis. Il...

Voir la bio en entier »

Mes
catégories

Obésité : une société malade

Longtemps considérée comme un trouble alimentaire ou comme un signe de laisser-aller, l’obésité s’affirme comme l’une des pires épidémies du XXIe siècle. Alors que la recherche sur ses causes progresse, sa prévention et sa prise en charge demeurent insuffisantes.

Noter
0

Depuis 1980, le nombre de personnes obèses dans le monde a doublé. La maladie concerne désormais 13% de la population et progresse dans les pays en voie de développement. Avec un taux de 15,5%, la France se classe au 10e rang européen. Ce taux augmente – mais moins vite qu’entre 1997 et 2006. En cause ? La sédentarité, le vieillissement, la précarité, la production d’une nourriture trop grasse et trop sucrée. En plus de provoquer l’apparition de diabète gras, l’obésité favorise des pathologies comme le cancer, l’hypertension, les accidents vasculaires cérébraux… D’après la revue médicale britannique "The Lancet", une personne obèse perd entre 3,5 et 8 ans d’espérance de vie. Par ailleurs, la maladie se concentre dans les territoires les plus défavorisés, tout en suscitant préjugés et stigmatisations. Si l’on additionne ses coûts directs et indirects, la facture annuelle de l’obésité s’élève en France à près de 13 milliards d’euros.

Jusqu’à présent, les pouvoirs publics ont communiqué sur les bienfaits d’une alimentation équilibrée et incité par des chartes, l’industrie agroalimentaire à s’autoréguler. Depuis 2012, des taxes pèsent sur les sodas et les boissons énergisantes pour encourager la modification des comportements ou la recette des produits. Au niveau médical, faute d’actions préventives pluridisciplinaires, le recours à la chirurgie bariatrique explose : depuis 2006, le nombre d’opérations a triplé pour atteindre le chiffre de 47 000 en 2014. Des voix s’élèvent pour réclamer des mesures plus radicales comme l’interdiction totale de la publicité en direction des enfants, la taxation des produits néfastes, la gratuité de certains actes de prévention ou la notation des produits en fonction de leur qualité nutritionnelle. Sur le terrain, 37 centres spécialisés de l’obésité (CSO) sensibilisent les professionnels tout en recensant les meilleures pratiques.

Maladie de l’abondance qui touche les plus pauvres, l’obésité est une manifestation parmi d’autres, du "mal développement" de nos sociétés modernes. 

Noter
0