Connexion

Tribune

Marc Reeves

Marc Reeves

Militant politique

Militant des droits de l'homme et pour le respect de l'environnement, j'ai oeuvré pour une approche plus juste dans la société.

Voir la bio en entier »

Pourquoi
ce blog ?

Pour les droits de l'Homme et le respect de l'environnement partout dans le monde

Lire la suite »

Mes
catégories

Massacre de 1988

Séisme politique en Iran autour d’un enregistrement audio

La publication d’un enregistrement audio des propos de l’Ayatollah Montazeri, ancien dauphin de Khomeiny, sur le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988 en Iran, a déclenché un séisme politique chez les mollahs. Il s’agit d’un enregistrement sonore des propos échangés, le 14 août 1988, entre Montazeri et les membres de la « commission de la mort », désignés par Khomeiny. Lors de cette rencontre, Montazeri fait part explicitement de sa désapprobation du massacre des prisonniers politiques commencé quelques semaines plutôt en application d’une fatwa de Khomeiny : « Le crime le plus important commis sous la République islamique et pour lequel nous serons condamnés par l’Histoire, c’est vous qui l’avez commis et c’est pourquoi l’Histoire enregistrera vos noms en tant que criminels ».

Au cours de ce massacre, plus de 30000 prisonniers politiques, pour la plupart des militants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), qui purgeaient des peines de prison, furent massacrés en quelques mois.
Au cours de ce massacre, plus de 30000 prisonniers politiques, pour la plupart des militants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), qui purgeaient des peines de prison, furent massacrés en quelques mois.
Noter
0




Les membres de la "commission de la mort" occupent actuellement des plus hautes fonctions étatiques. Mostafa Pour-Mohammadi, l’actuel  ministre de la Justice du gouvernement Rohani faisait partie de ladite "commission". Le 28 août, selon l'agence de presse Tasnim, affiliée aux pasdaran, ce dernier a explicitement admis son rôle dans le massacre et a fait savoir qu'il était fier de lui-même.


Pour-Mohammadi, qui s’exprimait à la réunion du conseil d'administration dans la ville de Khorram-Abad dans la province de Lorestan le 28 août, a déclaré : "Nous sommes fiers d'avoir mis en œuvre l'ordre de Dieu à propos des monafeghine (terme péjoratif du régime pour désigner les Moudjahidine du Peuple (OMPI). Nous nous sommes défendus contre l'ennemi de Dieu et nous les avons combattus avec force. Dieu a dit de ne pas avoir de pitié pour les infidèles parce qu'ils n’ont pas pitié pour vous et nous ne devrions pas avoir pitié des monafeghine"


Au cours de ce massacre, plus de 30000 prisonniers politiques, pour la plupart des militants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), qui purgeaient des peines de prison, furent massacrés en quelques mois, et leurs corps furent enterrés secrètement dans des fosses communes.


Pendant 28 ans, le régime des mollahs avait déployé tous les efforts possibles pour qu’il y ait un silence total sur ce massacre sur lequel toutes les factions du pouvoir étaient d’accord et dans lequel tous ses dirigeants étaient impliqués d’une manière ou d’une autre. 


Or, la publication de l’enregistrement des conversations Montazeri a mis la totalité du régime des mollahs face à un défi social et politique sans précédent au point d’obliger ses plus hautes autorités, de Khamenei à Rafsandjani, d’entrer en scène pour mettre en garde contre une tentative pour ternir l’image de Khomeiny et celle de "réhabiliter" les Moudjahidine du peuple.


La semaine dernière, Maryam Radjavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, dans un message lors d'une exposition à la Mairie du 2e de arrondissement de Paris commémorant le 28e anniversaire du massacre de 1988 de 30 000 prisonniers politiques en Iran a déclaré: "Le temps est venu pour l'ONU d'adopter une résolution condamnant ce crime. La communauté internationale doit poursuivre les mollahs au pouvoir en Iran"


Elle a également souligné : "Les gouvernements occidentaux ont jusqu'ici gardé le silence sur ce grand crime contre l'humanité. Le temps est venu pour l'ONU d'émettre une résolution condamnant ce crime. La communauté internationale doit poursuivre les mollahs au pouvoir en Iran"

Noter
0