Connexion

AMÉRIQUE LATINE

Bolivie: Evo Morales réélu président pour un troisième mandat

Selon des résultats encore non-officiels, il totalise plus de 60% des voix.



Evo Morales est à la tête de la Bolivie depuis neuf ans (Photo: Shutterstock.com)

C'est tout sauf une surprise. Grand favori du scrutin, Evo Morales a remporté dès le premier tour, dimanche 12 octobre, l'élection présidentielle bolivienne. Crédité de 61% des suffrages, selon des résultats encore non-officiels, le candidat sortant rempile donc pour un troisième mandat de cinq ans. Il a estimé que ce triomphe est celui "des anti-colonialistes et des anti-impérialistes".

Selon les résultats des instituts Mori et Ipsos, relayés par les chaînes de télévision, le dirigeant de gauche l'emporte largement dans tous les départements du pays, à l'exception du Beni (nord-est), qui va à son principal opposant Samuel Doria Medina, du parti Unité démocrate (24%). Evo Morales obtiendrait également 111 des 130 députés de la Chambre basse et 25 des 36 sièges de sénateurs.

Amérindien

La majorité des six millions d'électeurs boliviens se sont montrés reconnaissants envers cet ancien berger de lamas, premier amérindien à la tête de l'Etat. Evo Morales, 54 ans, a réussi à instaurer une stabilité économique et politique inédite dans un pays qui a connu 160 coups d'Etat depuis son indépendance, en 1825. Il bénéficie d'un grand soutien populaire, fruit de ses succès en matière de lutte contre la pauvreté dans le pays le plus démuni d'Amérique latine.

Mais son exercice du pouvoir est parfois jugé autocratique par les observateurs. Le socialisme à tendance communiste d'Evo Morales effraie les Boliviens les plus aisés. En outre, ses adversaires l'accusent de ne pas être parvenu à endiguer la corruption, l'insécurité et le trafic de drogue.

Arrivé au pouvoir en 2006 avec 54% des voix dès le premier tour, Evo Morales avait été réélu en 2009 avec 64% des suffrages. Il est le plus ancien président en exercice du continent sud-américain.

Noter
5