Connexion

Des militants pro-Erdogan demandent la censure de la « une » du Point

Des partisans du président turc demandent le retrait d’une « une » de presse à charge dans deux villes du sud de la France.

Une affiche reproduisant la "une" du Point, sur laquelle apparaissait le président turc Recep Tayyip Erdogan, qualifié de "dictateur", n’a pas plu à un groupe de partisans du chef d'Etat turc vivant au Pontet, près d’Avignon. Ces derniers sont venus "faire pression sur le kiosquier pour lui demander de retirer l’affiche". Valence, un autre kiosquier a victime d’"un second cas de destruction d’affiche par des sympathisants de l’AKP".

 "Le matin, je me suis fait interpeller par un passant qui me demandait si je n’avais pas honte d’afficher ça sur mon kiosque. Puis d’autres, majoritairement turcs, sont venus", explique le kiosquier du Pontet. Après un dialogue de sourds, certains jeunes ont menacé de mettre le feu au kiosque, et un employé de Médiakiosk a été contacté pour retirer l’affiche contentieuse.

Ces accusations à l’encontre de l’homme fort de Turquie ne sont pas les premières. Il ne s’agit toutefois pas de la première initiative de musellement des critiques dont il fait ‘objet. En début d’année, une pièce de théâtre nommée Only a dictator avait ainsi été censurée à Ankara, Artvin, Hopa, ou encore à Kadikoy, un quartier d'Istanbul. "Si nous étions en dictature, vous ne pourriez pas regarder cette pièce" avait alors réagi l’auteur de la pièce, Baris Atay.

Noter
0