Connexion

COUPE DU MONDE

Abbé Renard, le prêtre supporter des Diables Rouges

Après 12 ans sans Coupe du Monde, la Belgique s’est enflammée pour son équipe et l’enthousiasme demeure malgré la déception de l’élimination en quart-de-finale (0-1) face à l’Argentine. L’Abbé Renard, prêtre de la ville de Ciney à une centaine de kilomètres de Bruxelles, est un des symboles de cette unité nationale temporairement retrouvée. Il a réalisé un clip de soutien aux Diables Rouges qui a rencontré un succès inattendu.

Dans son clip, Philippe Renard (à droite avec la casquette rouge) a saisi l’occasion de la Coupe du monde pour envoyer un message de simplicité et de rassemblement. Photo DR

Sa passion pour le football est ancienne : "J’ai joué un petit peu, mais j’étais souvent sur le banc. Je n’étais pas le meilleur mais j’aime bien regarder" Philippe Renard, c’est le supporter de la Belgique comme on l’imagine. Heureux et enthousiaste, il savoure le très bon parcours des talentueux Belges. Jusqu’il y a peu, il était simplement le prêtre de Ciney, petite ville de 15 000 habitants dans la province de Namur. Et puis il s’est décidé à faire un clip de soutien aux Diables Rouges, surnom donné à l’équipe de Belgique : "Lors d’un mariage, j’ai rencontré quelqu’un qui filmait. Je lui ai demandé s’il ne faisait que les cérémonies et il m’a dit qu’il pouvait faire autre chose. Alors nous avons convenu de faire un petit clip, mais très simple ! Nous l’avons tourné en 4 heures"

"Fonce Belgique"

Intitulée "Fonce Belgique", sa vidéo a totalisé plus de 40 000 vues sur YouTube en seulement quelques jours. Un succès dont il a été le premier surpris : "C’est fou ! C’est complètement fou ! Les adultes, les enfants, la jeunesse... Tout le monde a apprécié. Il n’y a vraiment que deux ou trois personnes avec des œillères qui n’ont pas aimé mais il y en a toujours, c’est la vie" Malgré cette célébrité soudaine, il garde les pieds sur terre. Car la Belgique a dû faire face ces dernières années a des tensions fortes entre Flamands et Wallons.

Pour la première fois depuis longtemps, le pays a semblé unifié et rassemblé derrière les Diables Rouges et c’est tout le pays qui a rêvé : "Les joueurs, notre entraineur Marc Wilmots qui ne se prend pas la tête et qui donne un bon esprit... Le monde n’est pas parfait, il faut essayer d’œuvrer pour changer les choses mais il faut aussi voir les aspects positifs. Après la qualification pour les quarts de finale contre les Etats-Unis, j’ai vécu une fête extraordinaire, avec plein de drapeaux, on n’a même plus ça pour les fêtes nationales"

Pour la première fois depuis longtemps, le pays unifié et rassemblé derrière les Diables Rouges

Dans son clip justement, il a saisi l’occasion de la Coupe du monde pour envoyer un message de simplicité et de rassemblement. Des enfants qui jouent dans la rue, des supporters réunis autour d’une bière en regardant un match, autant d’images véhiculées par le football mais qui sont à des années lumières des joueurs, de leur argent et de leurs égos : "Je ne regarde plus ces grandes équipes même s’il y a des Belges, c’est celui qui a le plus d’argent qui prend les meilleurs joueurs. Alors que l’équipe nationale c’est du terrain, c’est du pays et ça m’intéresse. Par exemple, quand je vois le Costa Rica, seulement 4 millions d’habitants, qui joue avec ses tripes, ça me plait"

Finalement, c’est sur la religion qu’il reste assez discret dans son clip. Mais cela ne l’empêche pas de puiser son inspiration dans les valeurs du sport comme l’esprit d’équipe pour écrire ses homélies. Et puis, il constate avec plaisir que beaucoup de joueurs font le signe de croix avant de rentrer sur le terrain. L’Abbé Renard en est certain : "C’est parce qu’ils veulent vivre le match dans un esprit chrétien. Le football reflète des réalités profondes où chacun doit jouer le match de la vie, le match de la foi, le match de l’amour et chacun a des talents et une place" Et si cette Coupe du monde ne résout bien sûr pas tous les problèmes de la Belgique, elle aura au moins fait un peu retomber les tensions : "Evidemment on ne fera pas toujours des fêtes aussi grandioses, mais j’espère que le bon esprit va rester"

Noter
0