Connexion

CLASSEMENT ANNUEL

Si Forbes le dit... Vladimir Poutine plus puissant que Barack Obama?

Entretien avec Bruno Tertrais, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique.

Pour la deuxième année consécutive, le président russe Vladimir Poutine a été désigné personnalité la plus puissante du monde par le magazine américain Forbes en devançant Barack Obama. La Russie est-elle vraiment la plus grande puissance au monde désormais ?

(Photo : Frederic Legrand/Shutterstock.com)

Le magazine américain Forbes  vient de classer Vladimir Poutine en tête des personnalités les plus puissantes du monde, juste devant Barack Obama. La Russie est-elle devenue plus puissante que les Etats-Unis ?
 

Bruno Tertrais : Que Vladimir Poutine soit classé parmi les dirigeants les plus influents de la planète me paraît justifié. Toutefois, l’influence de la Russie est sans doute inférieure à la perception que l’on peut en avoir. Même si Barack Obama est considérablement affaibli dans son pays, surtout depuis les élections du 4 novembre, il me semble tout de même que l’Amérique, tous paramètres confondus, a une influence beaucoup plus grande que la Russie.

Pour quelles raisons ?
 

Bruno Tertrais : Lorsque l’on observe les paramètres fondamentaux de la puissance, les Etats-Unis restent, sur quasiment tous les plans, un pays dont les capacités sont largement supérieures à celles de la Russie. Sur le plan économique, la Russie reste une puissance moyenne, d’autant qu’elle n’a pas diversifié son économie et reste très dépendante des marchés de l’énergie. Elle continue à connaître une crise démographique sévère, ce qui n’est pas de bon augure pour l’avenir de son économie.

Sur le plan militaire, il n’y a pas de comparaison possible. La Russie est une puissance régionale et non une puissance mondiale. Elle n’a pas la capacité de projeter un volume significatif de forces militaires loin de son territoire. Il n’y a que sur le plan de l’arsenal nucléaire qu’elle est la première puissance mondiale, en nombre d’armes, mais c’est une unité de mesure qui n’a pas de conséquences sur sa réelle capacité d’influence.

Qu’en est-il de sa puissance diplomatique ?
 

Bruno Tertrais : La Russie a une influence diplomatique du fait de son statut de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, comme les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni ou encore la Chine. Elle a cependant très peu d’alliés hors de son voisinage immédiat.

Si elle soutient le régime de Bachar al-Assad, c’est justement parce que la Syrie est une de ses rares alliées.

Ce classement, tout comme la situation mondiale actuelle, est-il le révélateur d’un monde de plus en plus bipolaire ?
 

Bruno Tertrais : Moscou aimerait revenir à une forme de bipolarité ou en tous cas être considérée comme une puissance qui compte autant que les Etats-Unis et la Chine. Ce n’est pas le cas, d’abord en raison de ce différentiel de puissance et ensuite parce qu’il n’y a pas de bloc russe, hormis quelques rares alliés voisins qui sont essentiellement des pays de l’ex Union Soviétique.

Cela dit, la Russie de Vladimir Poutine est parvenue en quelques années à se présenter comme un modèle culturel et politique alternatif au modèle occidental. Une des raisons pour lesquelles Vladimir Poutine est populaire en Europe, c’est par sa représentation en tant que champion d’un conservatisme chrétien qui lui suscite une certaine sympathie dans quelques milieux de droite européens.

Le modèle culturel et politique américain conserve cependant une force bien supérieure à la Russie de Poutine.

Dans les années à venir, la Russie devrait affronter certains problèmes, notamment démographiques, qui pourraient l’affaiblir. Qu’en est-il des Etats-Unis ?
 

LBruno Tertrais : es éléments fondamentaux de la puissance américaine sont valables pour le long terme. La seule chose qui pourrait affecter gravement la situation des Etats-Unis dans le monde serait le choix de l’isolationnisme s’ils faisaient face à un nouvel attentat de type 11 septembre.

Toutefois, cette hypothèse me paraît peu crédible.

La Russie est donc une puissance non-négligeable mais les Etats-Unis, à la différence des Russes, ont les moyens de conserver leur position sur le long terme...
 

Bruno Tertrais : Même si la Russie a réussi une forme de come-back sur la scène internationale, à moyen et long terme, ses chances de devenir l’égale des Etats-Unis sont à peu près égales à zéro.

Même si la Russie pouvait compter sur de forts pays émergents tels que la Chine ou l’Inde ?
 

Bruno Tertrais : Je ne crois pas à une alliance entre la Russie, la Chine et l’Inde qui n’ont en commun que le fait d’être des pays qui revendiquent, souvent à juste titre, une place plus importante sur la scène internationale. Il peut y avoir des convergences d’intérêts momentanées entre ces trois pays mais le scénario d’une réelle alliance entre eux, ou même entre la Russie et la Chine, n’a aucune crédibilité.

Propos recueillis par Sybille de Larocque pour JOL Press

Noter
5