Connexion

Géorgie : la protestation par la danse

En réaction à un raid de la police dans deux clubs populaires de la capitale géorgienne, des milliers de personnes sont allés manifester devant le Parlement lors d’une rave party géante.

Tbilissi, la capitale de la Géorgie a été le théâtre d’une opération de police musclée dans deux lieux éminents de la nuit, Bassiani et Cafe Gallery. Dans un communiqué, Bassiani a déploré une soixantaine d’arrestations, dont celle de ses deux fondateurs Tato Getia and Zviad Gelbakhiani, qui auraient également été passés à tabac.

Afin de protester contre les violences policières dans de tels établissements, plus de 4000 jeunes sont venus protester devant le parlement. La manifestation s’est transformée en rave party lorsque les DJ’s du Bassiani ont installé une sono et des platines sur les marches du parlement. Les personnes présentes ont dansé jusqu’au bout de la nuit.

La politique conservatrice et répressive du pays s’accorde mal avec la culture "club", que les autorités "voient la culture club comme quelque chose de débauché et d’immoral", a commenté Giorgi Mshvenieradze de l’ONG Georgian Democracy InitiativeAu petit matin, le ministre de l’Intérieur Giorgi Gakharia est finalement venu sur place, promettant pour ce lundi un examen transparent des erreurs de l’opération de police et de discuter à nouveau de la dépénalisation de la consommation de drogue.

Noter
0