Connexion

La Commission européenne ouvre une enquête sur l'acquisition de Shazam par Apple

L’exécutif a décidé de se pencher sur le projet d’acquisition par Apple de l’application de reconnaissance musicale Shazam. Elle craint que l’opération « ne réduise le choix pour les utilisateurs de services de diffusion de musique en continu ».

L’Union Européenne multiplie les initiatives afin de mieux encadrer le développement à marche forcée des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Ce sont cette fois les ambitions d'Apple dans la musique que Bruxelles a dons son collimateur. La multinationale a en effet annoncé son intention de racheter le logiciel de reconnaissance musicale Shazam. La transaction est estimée autour de 400 millions de dollars (323 millions d’euros). Une somme nettement inférieure à la valorisation de Shazam lors de sa dernière levée de fonds, en 2015, soit un milliard de dollars (807 millions d’euros).

La Commission européenne a décidé d’examiner ce projet même s’il n’atteint pas les seuils de chiffre d’affaires suffisants fixés par les règlements de l’UE qui justifie ce type d’enquête approfondie. Cela s’explique par une requête adressée par cinq pays de l’Union, dont la France, mais aussi deux États de l’Espace économique européen : l’Islande et la Norvège. Cette enquête "a soulevé plusieurs problèmes liés à la combinaison" de Shazam et Apple, a expliqué Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence.

D’après la Commission, cette fusion "combinerait deux acteurs importants et connus du secteur de la musique en ligne, qui exercent principalement leurs activités dans des branches d’activité complémentaires". L’UE s’est en effet dotée de lois dites "anti-Trust" qui protègent les consommateurs d’éventuels abus d’une entreprise qui serait en position dominante sur un marché. "Notre enquête a pour but de faire en sorte que les amateurs de musique continuent de bénéficier d’offres attrayantes", a fait savoir Margrethe Vestager.

le risque qu’Apple accède "des données sensibles sur le plan commercial concernant les clients de ses concurrents" dans le streaming musical et que la compagnie s’en serve pour "cibler directement les clients de ses concurrents (comme Spotify ou Deezer NDLR) et les encourager à choisir Apple Music". Bien que Bruxelles "ne considère pas Shazam comme un point d’entrée essentiel vers les services de diffusion de musique en continu, elle examinera plus avant si les concurrents d’Apple Music seraient lésés si à l’issue de l’opération".

La Commission a jusqu’au 4 septembre pour prendre une décision sur cette opération.

Noter
0