Connexion

La justice allemande estime « recevable » une requête d’un fermier péruvien contre RWE

Un fermier péruvien a décidé d’attaquer le géant allemand de l’énergie RWE pour la fonte d’un glacier andin attribuée au réchauffement climatique. La plainte a été jugée recevable par la justice allemande - une décision inédite.

La cour d'appel de Hamm, en Allemagne, a jugé recevable une plainte adressée par un fermier péruvien – Saul Luciano Lliuya – contre le géant de l'énergie Rheinisch-Westfälisches Elektrizitätswerk Aktiengesellschaft (RWE). Ce dernier avait mobilisé la justice pour déterminer la responsabilité du groupe de Rhénanie dans la fonte d’un glacier de la cordillère des Andes. Ce phénomène a exposé la ville d’Huaraz – où il habite – à des risques climatiques et en particulier aux risques d’inondation. Le paysan réclame le remboursement d’une partie des travaux de sécurisation entrepris par la ville et des 6 300 euros qu’il a déboursés pour protéger sa maison contre la montée des eaux.

Les 120 000 habitants de cette ville située à 400 km au nord de Lima sont l’exemple type de ces populations très vulnérables aux effets du réchauffement climatique. "Le groupe allemand est l'un des plus gros producteurs d'électricité du pays", explique Le Figaro. "Cette production étant basée sur le charbon, il s'agit de l'un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale. Une raison suffisante, aux yeux du paysan péruvien, pour exiger une compensation de la part de la firme". RWE rétorquait qu’"il n’est pas possible d’imputer juridiquement à un émetteur particulier des conséquences spécifiques d’un changement climatique"

 Dans son communiqué, la cour souligne que "même ceux qui agissent en respectant la loi sont responsables des détériorations causées par eux-mêmes". C’est la première fois qu’un citoyen d’un pays du Sud attaque une entreprise polluante du Nord pour les effets du changement climatique. En acceptant de recevoir cette plainte, la Cour allemande ouvre la voie à un nouveau type de recours pour une justice climatique universelle. En effet, l’entreprise allemande ne possède aucune centrale au Pérou mais elle fait partie des principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.

Cette décision ne signifie pas que la société allemande va devoir payer. Pour autant, "le simple fait d'entamer les débats sur le fond, dans cette affaire, écrit une page d'histoire du droit", s'est réjouie Roda Verheyen, l'avocate de Saul Luciano Lliuya. Une série d’analyses d’experts doit déterminer si un lien de causalité existe entre les émissions de gaz à effet de serre de RWE (premier émetteur Européen) et la fonte des glaces accélérée dans les Andes.

Noter
0