Connexion

L’Aquarius cause une brouille entre Rome et Paris

Accusé de « cynisme » par le chef de l’État français après son refus d’accueillir l’Aquarius, le gouvernement italien exige des excuses.

Le sort de l'Aquarius, un bateau affrété par l’ONG française SOS-Méditerranée qui vient en aide aux migrants, et des 629 personnes à son bord crée des tensions entre la France et l'Italie. Le navire se trouve actuellement au large de Malte – qui refuse également de l’accueillir – alors que l’Europe se déchire. Les tensions sont apparues à la suite de déclarations du président français Emmanuel Macron dénonçant "la part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien".

Le Ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite) a vivement réagi à cette critique en menaçant d’annuler la rencontre prévue vendredi à Paris entre Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien. "Si les excuses officielles n'arrivent pas, le Premier ministre Conte fera une bonne chose en n'allant pas en France", a-t-il mis en garde, alors que la numéro deux de l'ambassade de France à Rome Claire Anne Raulin était reçue au ministère italien des Affaires étrangères.

D’après Salvini, "l'ambassadeur français a été convoqué par notre ministre des affaires étrangères, qui, au nom du peuple italien, demandera des explications sur les insultes qui ciblant non pas un gouvernement, mais le peuple italien. Peuple italien qui est parmi les premiers du monde en termes de générosité, de volontariat, de solidarité, d'accueil. Si le peuple français a l'humilité de s'excusez, nous seront quitte et nous travaillerons pour l'intérêt de tous"

Le ministre des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi, a pour sa part estimé que les déclarations faites à Paris étaient "inacceptables". Giuseppe Conte, qui doit se rendre dans la capitale française, avait quant à lui estimé que "l'Italie ne peut accepter de leçons hypocrites de pays ayant préféré détourner la tête en matière d'immigration". La France "n'a reçu aucune information de la présidence du Conseil (italien) sur une demande d'excuse ou sur une possible annulation de la visite de Giuseppe Conte", a rétorqué L’Elysée après les menaces d’annulation de son déplacement.

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé lundi 11 juin que son pays accueillerait le navire. "Il est de notre obligation d’aider à éviter une catastrophe humanitaire et d’offrir un “port sûr” à ces personnes" a-t-il fait savoir dans un communiqué. "De mémoire de citoyen, c’est la première fois qu’un bateau ayant secouru des migrants en Libye les débarquera dans un autre port qu’un port italien, c’est le signe que quelque chose est en train de changer", a réagi M. Salvini lors d’une conférence de presse à Milan.

Noter
0