Connexion

Le japonais Takata fait faillite

L'équipementier japonais Takata, spécialisé dans la confection d’airbags, a mis la clé sous la porte ce lundi.

On le savait dans la tourmente depuis 2013, le N°2 mondial de l’airbag a finalement déposé le bilan. A l'issue d'un conseil d'administration tenu très tôt ce matin, le groupe a annoncé avoir enclenché la procédure de redressement judiciaire, "la fois auprès d'un tribunal de Tokyo et aux Etats-Unis".

L'ancien numéro deux mondial des airbags a précisé avoir conclu un accord pour transférer ses activités à Key Safety Systems (KSS), un groupe américain contrôlé par le chinois Ningbo Joyson Electronic, pour un montant de 175 milliards de yens (1,4 milliard d'euros). KSS a promis qu'il maintiendrait les emplois au sein des filiales qu'il va reprendre.

Takata n’a pas puis se relever du scandale de 2013, autour de la mort d’au moins 16 personnes à cause d’une série d’airbags défectueux. Asphyxié par la dégradation de son image, le groupe laisse derrière elle une ardoise de plus de 8 milliards d’euros, l’une des plus importantes faillites industrielles de l’histoire du Japon.

Noter
0