Connexion

Le premier ministre chinois promet le retour du « ciel bleu »

Dimanche 5 mars, face à l’Assemblée nationale populaire de Chine, le Premier ministre Li Keqiang s’est engagé dans un discours écologiste à rendre « le ciel bleu » à ses concitoyens. Il annonçait ainsi son intention de lutter contre la pollution croissante qui asphyxie les villes de la côte orientale du pays.

Le Premier ministre chinois a déclaré la guerre à la pollution. Après qu’une une vingtaine de villes chinoises ait été placées en alerte rouge en raison du niveau de concentration de particules finales cet hiver, le gouvernement a décidé de prendre la situation en main. Et cela passe par une redéfinition des priorités pour l’économie chinoise. La pollution coûte en effet plusieurs centaines de milliards de dollars au pays chaque année.

Concrètement, la Chine réduira d'environ 50 millions de tonnes ses capacités de production d'acier et de plus de 150 millions de tonnes celles dans le secteur du charbon (toujours 62% de l’énergie utilisée en Chine). Dans le même temps, des centrales électriques au charbon seront arrêtées. Ces mesures s’inscrivent dans la lignée d’un plan pluriannuel de 1,8 million suppression d'emplois dans l'acier et le charbon annoncé en 2016.

Noter
0