Connexion

CONSIGNE DE VOTE

Ces députés de gauche qui ne voteront pas pour le mariage pour tous

S’il est un projet de loi qui semble bien cliver la population française, c’est bien le mariage pour tous. Promesse de campagne de François Hollande, le projet est défendu passionnément par la majorité et attaqué férocement par l’opposition. Cependant, certains députés de gauche ont décidé de nager à contre-courant. Et ils sont remarqués…

Photo : maximebf/flickr cc.

En débat à l’Assemblée depuis mardi 29 janvier, le projet de loi sur le mariage pour tous cristallise et exaspère les passions. Toutefois, consigne de vote ou pas, certains députés de gauche ont décidé de ne pas voter en faveur du texte ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Qui sont-ils et pour quelles raisons ont-ils décidé de se mettre en marge de leur famille politique ?

Malgré les consignes de vote du PS

Le 16 novembre dernier, le patron du groupe PS à l’Assemblée, Bruno Le Roux, réaffirmait la discipline de vote à laquelle les socialistes devaient se ranger : "Ces députés ont été élus sur le programme et les engagements de François Hollande", expliquait-il sur Radio classique"Il n’y a pas traditionnellement de liberté de vote et là, il s'agit d’un engagement. Je peux comprendre qu’il y ait des sentiments particuliers de députés. Des députés m’ont déjà dit que, pour eux, ce serait difficile voire impossible. Je respecterai ça", avait-il malgré tout ajouté.

L’ancien ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, affirme pour sa part avoir recueilli les confidences de socialistes et de communistes "pour qui le texte est difficile à accepter" mais qui voteront quand même pour le projet en raison de la consigne de vote. "Le PS a une méthode particulière : il est adepte des libertés mais impose l’autorité dans ses rangs", commentait alors Patrick Ollier.

Deux députés PS voteront contre

Le député PS de Charente, Jérôme Lambert, l'un des neveux de François Mitterrand, votera contre le projet de loi sur le mariage homosexuel. Et il ne risque pas d’être soutenu par sa famille politique. "Ce qui me pose problème, c’est la filiation", a expliqué Jérôme Lambert au journal La Croix. "Comme l’avait bien expliqué Élisabeth Guigou au moment du débat sur le Pacs, créer de toutes pièces une double filiation avec deux parents de même sexe est une mauvaise solution. Pour une raison simple : cela heurte un principe de réalit"

Et à ceux qui lui demandent si sa position ne défend pas des idées de droite, il répond : "Il me semble que la gauche doit justement veiller à protéger les plus faibles en préservant les règles fondatrices d’une société. La filiation fondée sur l’altérité en est une"

À ses côtés, Jean-Philippe Mallé, députés des Yvelines : "Je ne considère pas que le mariage entre personnes de même sexe soit la priorit", expliquait-il le 17 décembre dernier au site 20 minutes"La priorité, c’est le social, l’emploi, la lutte contre le chômage, le maintien et l’implantation des services publics dans les territoires".

En novembre, Mediapart avait demandé aux 577 députés français leur position sur le mariage homosexuel, l'adoption par les couples de même sexe et la procréation médicalement assistée (PMA). Jean-Philippe Mallé, entré à l'Assemblée en tant que suppléant de Benoît Hamon, était alors le seul député socialiste à avoir répondu "non" aux trois questions.

9 députés Front de gauche sur 10 voteront pour

Au Front de gauche aussi les exceptions sont rares, seul Patrice Carvalho, député PCF de l’Oise, a déclaré qu’il ne voterait pas pour le projet de loi. Dès juillet, il avait déclaré au Monde : "Avec le Pacs, ces gens sont protégés. Un mariage, c'est entre un homme et une femme". Aujourd’hui, il n’a pas changé d’avis : "La nature est faite ainsi. Le mariage est fondé sur une famille, un père et une mère. Je ne vois pas ce que ce texte va apporter de plus".

Les cinq députés d'Outre-mer s’opposent au texte

Les dix députés du Front de gauche (FG) partagent le même groupe parlementaire, la Gauche Démocrate et Républicaine, avec cinq élus d'Outre-mer. Or ces cinq ultra-marins Huguette Bello (Réunion), Alfred Marie-Jeanne (Martinique), Jean-Philippe Nilor (Martinique), Gabriel Serville (Guyane) et Bruno Nestor Azerot (Martinique) ont annoncé qu’ils voteraient contre le mariage pour tous.

Dans une interview à l’hebdomadaire catholique Famille chrétienne, Raymond Occolier, maire PS du Vauclin, expliquait en septembre dernier que si "la Martinique était majoritairement à gauche" elle était aussi contre le mariage homosexuel : "Certains sont dans la majorité présidentielle, d’autres avec le Front de gauche, comme Bruno Nestor Azérot, député-maire de Sainte-Marie, qui est "fondamentalement contre" ce projet de loi", affirmait-il.

Une position qu’il explique par l’attachement des Martiniquais à la foi chrétienne : "On ne peut pas gommer l’Histoire, ni l’influence de la foi chrétienne en Martinique. Les Martiniquais sont majoritairement chrétiens, même si tous ne sont pas pratiquants. Pour nous, le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. On ne peut pas demander à des chrétiens d’accepter le mariage entre deux hommes ou deux femmes"

Noter
5