Connexion

Quelles conséquences pour le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris ?

Le président américain Donald Trump a annoncé son intention de se retirer de l’accord de Paris sur le climat, jeudi 1er juin. Si la nouvelle a suscité des inquiétudes, elle a aussi provoqué une annonce par plusieurs grands acteurs de l’économie américaine qui se sont engagés à tout de même honorer l’engagement de la COP 21.

L’accord de Paris sur le climat, signé par 195 pays en décembre 2015, dans le cadre de la COP21, prévoit de maintenir la hausse de température mondiale en dessous de 2 °C par rapport à l'ère pré-industrielle (1880). Pour ce faire, les pays signataires se sont engagés à réduire leurs émissions des gaz à effet de serre afin de ralentir le changement climatique – bien qu’aucun mécanisme de sanction n’ait été prévu en cas de défaillance. Dans ce cadre, l’ancien président américain, Barack Obama s’était fixé l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 26 à 28 % d’ici 2025.

Donald Trump a annoncé ce jeudi son intention de se retirer ce cet accord. Le retrait des États-Unis, deuxième plus gros pollueur du monde, pourrait à lui seul ajouter jusqu'à 0,2 degré Celsius de réchauffement climatique sur la planète entière, d’après Climate Action Tracker, un consortium d’organisations scientifiques chargé de calculer les effets des politiques climatiques. En outre, certains craignent que ce désistement fasse boule de neige parmi d’autres états signataires de l’accord – alors qu’au contraire, pour compenser, ils devraient revoir leurs ambitions à la hausse.

"On peut très bien imaginer une sortie des Etats-Unis qui laisse quand même l’espoir d’une décroissance des émissions des Etats-Unis. Il y a tellement aussi d’intérêts à développer les énergies renouvelables", tempère le climatologue Jean Jouzel.  Des espoirs qui semblent trouver un écho aux Etats-Unis : L'ancien maire de New York Michael Bloomberg a promis lundi au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, un don de 15 millions de dollars afin de promouvoir la transition verte du pays.

Il a également parrainé une déclaration de plus de 1000 organisations américaines qui s'engagent à respecter les objectifs de l'Accord de Paris. Parmi les signataires on trouve les États de New York et de Californie, neuf gouverneurs, des centaines de villes, d'entreprises comme Apple, Google et Nike, des PME et des universités. "Les Américains ne se détournent pas de l’accord de Paris sur le climat, a déclaré Bloomberg dans un communiqué. Les Américains vont honorer et respecter l’accord de Paris en se mobilisant à la base, et il n’y a rien que Washington puisse faire pour nous arrêter"

Noter
0