Connexion

RAPPORT ACCABLANT

Encore 36 millions d'esclaves dans le monde

Qu'il s'agisse de travail forcé, de mariage arrangé ou encore d'exploitation sexuelle, les esclaves modernes sont nombreux, et aucun pays du monde ne semble être épargné. C'est ce que révèle un rapport de la Fondation Walk Free, paru lundi 17 novembre.

(Photo : /Shutterstock.com)

Il y aurait encore 36 millions d’esclaves dans le monde, selon les conclusions de l’ONG de défense des droits de l’Homme, la Fondation Walk Free. Dans un rapport publié lundi 17 novembre, l’organisation révèle également que plus de la moitié de ces esclaves vivraient dans cinq pays du monde.

35,8 millions d’esclaves

Les 167 pays dans lesquels la Fondation Walk Free a mené son enquête sont touchés par diverses formes d’esclavage, qu’il s’agisse d’exploitation sexuelle, de travail forcé, de servitude pour dette ou encore de mariage forcé ou arrangé.

Ce bilan est en forte hausse puisque le chiffre exact, 35,8 millions, témoigne d’une hausse de 20% par rapport à 2013. Il ne s’agit pas ici pourtant d’une explosion du nombre d’esclaves dans le monde mais d’une nouvelle technique de comptabilisation qui a permis à la Fondation Walk Free d’avoir une meilleure vision de la situation de l’esclavage dans le monde.

Cinq pays principalement visés

En tête de file, cinq pays hébergent 61% d’esclaves. L’inde, à elle seule, ne compte pas moins de 14,3 millions d’esclaves de tous types sur son territoire. Elle est directement suivie, mais de loin, par la Chine qui compte 3,2 millions d’esclaves puis le Pakistan (2,1 millions), l’Ouzbékistan (1,2 million) et la Russie (1,1 million).

L’Afrique et l’Asie demeurent les continents les plus esclavagistes puisque cette liste se poursuit ensuite par le Nigeria, la République démocratique du Congo, l’Indonésie, le Bangladesh et la Thaïlande.

Quand l’esclavage est une tradition

La Mauritanie se distingue des autres pays car elle connaît la plus forte proportion d’esclaves par rapport à sa population. Les Mauritaniens sont 4% à vivre dans des conditions d’esclavage.

La Fondation Walk Free souligne d’ailleurs que dans ce pays d’Afrique de l’ouest, l’esclavage demeure une tradition issue du XIème siècle, à l’époque où les Arabes berbères sont arrivés dans le pays. Les Maures, héritiers des Mauritaniens colonisés, continuent de servir les descendants de ces berbères.

En Ouzbékistan, l’esclavage est également devenu une forme de tradition. En effet, dans ce pays ou 3,97% de la population est réduit en esclavage, le gouvernement contraint chaque année à la même époque des millions de personnes à participer à la récolte du coton.

Europe, la bonne élève ?

Enfin, c’est en Europe que se trouvent les pays les plus exemplaires en termes d’esclavagisme moderne. En effet, L’Islande et le Luxembourg ne compteraient, selon le rapport de l’ONG, que 100 esclaves chacun, l’Irlande, qui arrive en troisième position compterait moins de 300 victimes.

Toutefois, l’Europe a également ses mauvais élèves. La Bulgarie, la République tchèque et ma Hongrie arrivent en bas du classement pour ce qui concerne l’Europe, continent qui abrite 566 00 victimes d’esclavage.

La France compterait pour sa part 8 600 esclaves sur son territoire.

> Lire le rapport de la Fondation Walk Free (en anglais)

Noter
5