Connexion

Renouvellement des tensions dans la péninsule coréenne

La Corée du Nord a mis en garde les Etats-Unis dimanche, affirmant être en mesure de les frapper après leur dernier test balistique. Donald Trump a rétorqué en affirmant être en mesure de régler le problème nord-coréen et en dénonçant « l’inaction de la Chine ». Pékin préfère botter en touche.

Les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord continuent de se détériorer quasi-quotidiennement depuis l’élection de Donald Trump en Janvier dernier. Dernière provocation en date : vendredi, la Corée du Nord a effectué son deuxième test de missile balistique intercontinental en moins d’un mois. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a même affirmé que son pays avait désormais la capacité de frapper "tout le territoire américain".

Pour une fois, il pourrait s’agir d’autre chose qu’une fanfaronnade du régime de Pyongyang : depuis l’arrivée au pouvoir en 2011 du "Grand Successeur" Kim Jong-un, le pays a réalisé des avancées fulgurantes. Et pour cause : "Elle y consacre tous ses moyens technologiques et financiers, et poursuit un programme d’essais ambitieux sans souci des pressions internationales", d’après la responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique, Valérie Niquet.

En plus de multiplier les pressions pour obtenir des sanctions onusiennes contre la Corée du nord, le président américain Donald Trump a une nouvelle fois fustigé l’attentisme de Pékin. "Je suis très déçu par la Chine", a-t-il écrit samedi dans une série de messages sur Twitter. "Nos précédents dirigeants imbéciles les ont laissés amasser des centaines de milliards de dollars chaque année en commerce et pourtant... Ils ne font RIEN pour nous avec la Corée du Nord, hormis parler".

Pour rappel, la Chine est le principal allié économique et diplomatique de la Corée du Nord. Environ 85% des échanges nord-coréens se font avec la Chine. Le pays a cependant refusé de porter la responsabilité de ce regain de tensions : "Quel que soit le talent de la Chine, ses efforts ne vont pas produire d'effet pratique parce que cela dépend des deux principaux protagonistes", a lancé l'ambassadeur de Chine aux Nations unies, Liu Jieyi.

Si la Chine appelle à un renouveau de dialogue, les États-Unis, le Japon et la Corée du sud ont choisi de durcir le ton, avec des exercices militaires dans la région et une nouvelle démonstration du système Thaad (Terminal High Altitude Area Defense) basé en Alaska, ce samedi. De son côté, la Corée du Sud a annoncé, après le tir nord-coréen, qu'elle allait accélérer le déploiement du Thaad sur son territoire.

Noter
0