Connexion

Séoul invite Pyongyang à renouer le dialogue

Le nouveau président de la Corée du Sud, Moon Jae-in a proposé, lundi 17 juillet, des discussions militaire et humanitaire avec la Corée du Nord afin de faire retomber les tensions sur la péninsule. Le gouvernement a demandé au régime de Kim Jong-un de se rencontrer le 21 juillet prochain au pavillon Tongilgak, dans la partie nord du village de la trêve de Panmunjom, situé à cheval sur la frontière intercoréenne.

Vers une baisse des tensions dans la péninsule Coréenne ? La Corée du Sud a proposé lundi de renouer les discussions avec le Nord. Cette offre de dialogue est la première depuis l'arrivée au pouvoir en mai du président Moon Jae-In, plus ouvert à la négociation. De fait, deux propositions bien distinctes ont été formulées ce lundi.

La première propose à la Corée du Nord la relance d’un dialogue afin de faire retomber les pressions sur la péninsule après une dizaine de tirs de missiles depuis le début de l’année. Si cette rencontre est acceptée, ce sera la première du genre depuis octobre 2014. Cela impliquera sans doute de cesser la diffusion vers le Sud de messages de propagande via des haut-parleurs installés sur la frontière, etarrêt des lâchers de tracts dénonçant le régime de Pyongyang en retour.

En parallèle, la Croix rouge sud-coréenne a proposé à celle du Nord une réunion afin de discuter d'éventuelles retrouvailles des membres des familles séparées par la guerre de Corée. En effet, elle souhaite organiser cet événement le 1er août prochain à la Maison de la paix, dans la partie sud-coréenne de Panmunjom.

Il s’agirait de la première réunion intercoréenne officielle depuis décembre 2015. Park Geun-Hye avait posé comme condition à une reprise du dialogue à des mesure concrète de dénucléarisation. "Nous faisons la proposition d'une réunion visant à mettre un terme aux activités hostiles qui font monter la tension militaire le long de la frontière terrestre", a déclaré dans un communiqué le ministère sud-coréen de la Défense.

Pyongyang n’a pas encore donné de réponses à ces propositions amicales de la Corée du Sud. Mais es espoirs sont permis : de fait, en mai 2016, le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, avait déjà proposé des pourparlers entre militaires. Mais sa proposition avait été rejetée par Séoul. Pour rappel, la Corée du Nord, qui a réalisé cinq essais nucléaires depuis 2006, dont deux depuis le début 2016, a réussi le 4 juillet son premier tir de missile intercontinental.

Noter
0