Connexion

Alain Juppé : la folle nuit de deux conseillers pour le faire changer d’avis

Il y en a certains qui étaient prêts à tout pour qu'Alain Juppé prenne la place de François Fillon à la fin de la campagne de la présidentielle. Le 5 mars, François Fillon confirme qu'il ne renonce pas, le maire de Bordeaux annoncent une conférence de presse pour le lendemain. Le magazine M du Monde révèle un épisode méconnu, le périple de Gilles Boyer, son ancien directeur de campagne et Benoist Apparu, son ancien porte-parole, pour convaincre celui qui avait été battu à la primaire d'être le candidat de recours de la droite et du centre. "Au téléphone, on n’y arrivera pas. Allons le voir", aurait dit Gilles Boyer à Benoist Apparu. Un voyage s'est alors organisé. Un temps pressenti pour en faire partie Gérald Darmanin aurait jeté l'éponge. Edouard Philippe, lui, aurait préféré jouer à Tétris sur son téléphone. "Ce voyage a été l’aboutissement du week-end horribilis de la droite", raconte Gilles Boyer. "De la demi-semaine horribilis de la droite", précise Benoist Apparu. C'est dans la Toyota de Gilles Boyer que les deux ayant fraîchement quitté l'équipe de François Fillon parcourent 579 kilomètres. C'est la course pour réussir à faire changer d'avis Alain Juppé avant sa conférence de presse. Bloqués dans les embouteillages, ils ont failli arriver trop tard. "Il nous a fait lire son discours. Nous lui avons demandé d’y renoncer", révèle Gilles Boyer dans le magazine M du Monde. "En réalité, nous n’avons pas été bons. On était trop crevés. Au lieu de tenir un discours de politique, de tactique, on lui a parlé de son rôle face à l’Histoire, de principes", analyse Benoist Apparu. Une initiative qui n'aura rien changé à la décision d'Alain Juppé mais qui l'a beaucoup touché.

Noter
0