Connexion

Françoise Hardy : "J'avais honte de moi"

Dès 1962, à seulement 18 ans, Françoise Hardy devient l'idole de toute une génération avec le tube "Tous les garçons et les filles". Pourtant, ce que le public ne sait pas, c'est qu'il est face à une jeune femme extrêmement complexée, marquée par une entrée à Sciences Po très compliquée. "Nous qui venions d’un milieu de rien du tout ! Je me souviendrai toujours de ce premier jour rue Saint-Guillaume. Quelle honte j’ai ressentie ! Je portais un vilain petit imperméable en popeline bleu ciel et d’affreuses chaussures à talons jaunes. D’un parfait mauvais goût", se souvient la chanteuse dans une interview accordée au Monde à l'occasion de la sortie de son nouvel album intitulé "Personne d'autre". "J’avais honte de moi, honte de mon milieu. (...) Le sentiment de honte m’a accompagnée toute la vie, réussite professionnelle ou notoriété n’y changent rien", révèle au Monde Françoise Hardy qui rappelle que "c'était la mode des rondeurs et de Brigitte Bardot". "Quand je vois les photos de mes débuts, je constate en effet que rien n’allait : le vilain manteau vert avec son col en fausse fourrure, la coiffure ridicule, le maquillage inadéquat… Et puis toute mon enfance et mon adolescence, j’ai entendu ma grand-mère me rabaisser, me trouver nulle et moche", explique dans Le Monde l'artiste de 74 ans. Des complexes qui ne l'empêcheront pas de se marier avec Jacques Dutronc, l'un des playboys les plus convoités de l'époque.

Noter
0