Connexion

VIVRE SA VIE

Ouvrir les yeux sur ce qu'on veut vraiment

Noter
0

Sur ce blog je parle ecommerce, entrepreneuriat et de plus en plus politique (je suis ultra-libérale pour ceux qui n’auraient pas compris…), mais à partir de maintenant je vais aussi écrire sur d’autres sujets qui sont finalement liés à notre vie professionnelle, car si vous êtes comme moi, votre vie c’est votre boite, sans elle vous n’êtes rien. C’est elle qui vous définit, et même si vous avez une famille, des amis et des loisirs, abandonnez là et vous verrez qu’une part de vous-même s’envolera.

Depuis plusieurs mois je suis un accompagnement d’entrepreneur, au départ pour ma vie professionnelle, mais on bifurque souvent sur ma vie personnelle car l’un ne va pas sans l’autre, avec Céline Boura du Luxe d’être soi, conseil en identité de marque.

Comme vous le voyez, tout est dit dans le nom de son entreprise : être soi-même est un luxe. Un luxe car dès la maternelle nous sommes formatés sur ce que nous devrons être un jour : un vrai métier bien payé, une maison, un conjoint, 2 enfants, une voiture familiale, une semaine de ski l’hiver et 3 semaines de congés l’été, le dimanche midi chez papi et mamie, le samedi soir avec des amis qui vivent comme nous.

Ne dites pas que c’est faux, que vous ne vivez pas comme ça, car à des variantes prêts, tout le monde vit comme cela et ne se pose pas de question car comme je l’entends souvent "quand on se pose des questions, ça devient compliqu" Et bien oui, quand on ouvre les yeux sur ce qu’on veut vraiment, ça devient compliqué car il va falloir changer pas mal de choses, aussi bien dans son travail que sa vie personnelle. Et bien souvent ce changement en implique d’autres : lancer sa boite peut engendrer un divorce, déménager conduit à démissionner, etc… Et ça fait peur !

Perdre une vie terne et sans éclat pour gagner une vie lumineuse et pleine de paillettes

Mais l’a si bien dit Céline : a-t-on peur de changer ou de connaitre le vrai bonheur ? Parce que oui le bonheur, le vrai, celui où chaque matin on se lève en se disant "whaouh, une super journée s’annonce, parce que ceci ou cela", c’est pas gagné, c’est pas donné et puis quand on l’a, on a peur de le perdre. Alors finalement c’est plus facile de ne rien changer à sa vie, de rester tel qu’on est avec ce qu’on a car ce n’est pas si mal et "on sait ce qu’on perd, mais on ne sait pas ce qu’on gagne".

Et si ce qu’on perdait, c’était une vie terne et sans éclat pour gagner une vie lumineuse et pleine de paillettes ? Évidemment ça ne se fait pas sans heurt, sans blesser des gens, sans perdre quelques avantages qu’on avait, mais tout ceci pour une excellente raison : être heureux.

Pas de ce bonheur qu’on vous montre dans les magazines où il faut consommer, être riche et avoir une belle femme ou un bogosse dans son lit. Le bonheur des choses simples : le soleil (ça c’est pour moi), la liberté, consommer ce qu’on veut et pas ce qu’on nous impose, avoir des vrais amis qui ne critiquent pas nos choix même s’ils sont fous, la bonne personne dans sa vie, celle qui nous fera avancer, bouger et faire des projets, ne pas voir le temps qui passe, ne pas avoir de regrets ou le moins possible, ne pas attendre d’avoir quelque chose dont on ne sait pas ce que c’est mais qui nous manque, ne pas cocher la case "c’est compliqu" sur son statut Facebook, etc… Je pourrais en mettre d’autres mais vous avez compris l’idée.

Ce qu’il faut faire ce sont les choses que notre inconscient sait qu’il faut qu’on fasse

C’est un cheminement qui prend du temps pour en arriver là, 1 an, 2 ans ou plus, mais ce que je sais c’est qu’il y a cette fraction de seconde, qui devient une minute, puis une journée et enfin des mois où on sait qu’au fond de nous, il faut changer, que notre vie, même si elle est pas si mal que ça, peut changer, peut devenir exceptionnelle et merveilleuse si on fait ce qu’il faut.

Ce qu’il faut faire ce sont les choses que notre inconscient sait qu’il faut qu’on fasse et qu’on fera sûrement car c’est inéluctable : soit on les fait, on passe un moment difficile mais on voit le bout du tunnel à un moment donné (ça je peux vous l’assurer), soit on ferme les yeux, son esprit, on ne pense plus et on ne change pas.

Je connais pas mal de gens qui font ce 2ème choix et personnellement, si je peux comprendre leurs raisons, je me dis qu’ils passent vraiment à côté de quelque chose et qu’un jour où l’autre, ça leur reviendra en pleine figure et ce jour là ils regretteront de ne pas avoir saisi leur chance au bon moment.

Que ce soit une nouvelle rencontre qui passe par un divorce, un nouveau job qui passe par une démission, une expatriation qui passe par quitter son confort, etc… Pour accéder au bonheur, il y a toujours un prix à payer, mais toujours pour le meilleur.

> D'autres articles de Peggy André sur Ecommerce-Girly

 

Mots-clés
Noter
0